HYPERTENSION ARTÉRIELLE OU "TUEUR SILENCIEUX"

Définition :

Chez l'adulte qui n'est pas sous traitement antihypertenseur et qui présente aucune maladie aigüe concomitante, l'hypertension artérielle (HTA) est définie par une valeur de pression artérielle (PA) supérieure ou égale à 140 mmHg pour la systolique (PAS) et/ou supérieure ou égale à 90 mmHg pour la diastolique (PAD). L'organisation mondiale de la santé, les Sociétés Européennes d'Hypertension et de Cardiologie ainsi que d'autres sociétés savantes, ont identifié plusieurs paliers pour définir les valeurs normales et pathologiques de la PA.

Comment poser le diagnostic d'HTA?

Il est préconisé d'utiliser la mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) et l'automesure tensionnelle d'une part pour améliorer la précision de la mesure de PA, et d'autre part, pour tenir compte de la réaction de stress qui se manifeste sans raison chez de nombreux patients.

Mesure classique au manomètre à mercure:

Placer le brassard systématiquement trois centimètres au-dessus du coude, le stéthoscope doit être centré sur l'artère humérale sans toucher le brassard. Optimiser la mesure en s'assurant que le patient soit au repos depuis au moins cinq minutes. Effectuer la mesure aux deux bras; en effet il n'est pas rare de constater une asymétrie, notamment chez le sujet très jeune ou très âgé. Ce type de mesure est facilement réalisable et reproductible, aussi bien au cabinet médical qu'en visite à domicile.

Lorsqu'un patient présente une PA élevée (systolique, diastolique ou les deux) à au moins deux reprises, il est légitime d'évoquer le diagnostic d'HTA; le médecin doit ensuite confirmer celui-ci en répétant les prises de mesures, complétées éventuellement par automesure ou MAPA.

Mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA):

Elle est considérée comme la méthode de référence pour confirmer et approfondir le diagnostic de l'HTA, ainsi que pour dépister un éventuel "effet blouse blanche", qui se définit par une PA élevée au cabinet médical et des valeurs normales lorsque le patient n'est pas en présence du médecin. En effectuant un relevé de la PA toutes les 15 minutes sur une période de 24 heures, la MAPA permet d'étudier la grande variabilité tensionnelle, avec un point culminant, l'HTA du sujet âgé. Les valeurs considérées comme normales pour la MAPA ne sont pas les mêmes que celles indiquées avec le manomètre à mercure. Chez un sujet normotendu, la PA inférieure à 135/85 mmHg en période d'activité, et inférieure à 120/70 mmHg pendant le sommeil. Dans la mesure où la PA est systématiquement plus basse la nuit que le jour, l'uniformisation des niveaux jour/nuit constitue un signe d'alerte.

Automesure de la PA:

Mesure consciente et volontaire par le sujet lui-même par un appareil électronique de qualité avec des prises quotidiennes matin et soir.

Si, à la suite de mesures répétées à intervalles rapprochés, le diagnostic d'une HTA est posé, des examens complémentaires sont nécessaires pour rechercher la cause de l'HTA, en apprécier la gravité, et surtout évaluer les facteurs de risques cardiovasculaires associés. L'évaluation des facteurs de risques CV comprend 3volets:

-Une anamnèse adaptée, la mesure du poids corporel, la recherche d'une obésité abdominale et d'antécédents familiaux;

-Un bilan biologique, avec analyse de la protéinurie, de l'uricémie, de la glycémie, de la kaliémie, de la créatininémie, du cholestérol total, des triglycérides et du cholestérol HDL et LDL;

-Un électrocardiogramme, complété éventuellement d'une radiographie du thorax.

Quelles sont les symptômes?

L'hypertension artérielle ne s'accompagne, en général, d'aucun symptôme c'est pour cela on parle d'elle comme un "tueur silencieux". Un tiers des personnes hypertendues ignore leur état. Chez le personne présentant une HTA on peut toutefois remarquer certains signes: palpitations, céphalées (maux de tête), fatigue, somnolence, flou visuel, vertiges, nervosité, bourdonnements des oreilles, fourmillements dans les mains et les pieds....

Quelles en sont les causes?

Si dans l'immense majorité des cas, l'HTA est dite "essentielle", c'est à dire sans aucune cause connue, elle peut être secondaire à un autre trouble principalement des pathologies rénovasculaires ou endocriniennes et est alors curable.

Parmi les nombreuses causes exogènes d'HTA secondaire, citons:

-La prise au long cours, surtout chez le sujet âgé, d'anti-inflammatoires non stéroïdiens ou de corticoïdes et même de vasoconstricteurs nasaux;

-La consommation excessive d'alcool;

-Le syndrome d'apnée du sommeil;

-La prise de substances telles que l'érythropoïétine ou les anabolisants par les sportifs.

Quelles sont les complications?

Dans le cadre d'une HTA, les atteintes infracliniques de différents organes

le cœur (insuffisance cardiaque, hypertrophie ventriculaire gauche...), les reins (insuffisance rénale), le cerveau (AVC)et les vaisseaux(rigidification de la paroi des artères, athérosclérose), sont le signe de progression dans le continuum de la maladie cardiovasculaire. C'est pourquoi, une attention particulière doit être portée à l'identification d'une atteinte des organes cibles par des techniques appropriées.

Principes généraux de la prise en charge thérapeutique de l'HTA:

L'observance thérapeutique correspond à la concordance entre d'une part, la prescription pharmacologique et hygiénodiététique du médecin et d'autre part, le comportement réel du patient. Elle détermine le contrôle optimal de chiffres tensionnels.

Mesures hygiénodiététiques:

Il est largement admis que des modifications du régime alimentaire et du mode de vie peuvent avoir un impact particulièrement bénéfique sur la prise en charge du patient hypertendu. La réduction de la consommation excessive de sel, la pratique régulière d'une activité physique, la réduction de la surcharge pondérale, la diminution de la consommation excessive d'alcool, la consommation de fruits et légumes riches en potassium, les régimes DASH (dietary approaches to stop hypertension) sont tous connus pour leur capacité à réduire le niveau de pression artérielle. Toutefois comme préconisé par la plupart des recommandations, ces différentes stratégies diététiques doivent être adaptées au cas particulier de chaque patient, ce qui nécessite l'implication non seulement du médecin et de son patient, mais également du diététicien et de l'environnement familial.

Traitement pharmacologique:

Dans toute maladie chronique, le suivi et l'observance du traitement médicamenteux sont essentiels à la prévention des complications. Il existe sept grandes classes de médicaments antihypertenseurs.

Il est donc capital que le médecin prévoie une consultation spécifique, le but de cet échange est de s'assurer de l'engagement du patient vis-à-vis de son traitement et d'initier une relation médecin-malade de qualité.

Puisqu'il s'agit d'une pathologie qui est le plus souvent asymptomatique, l'HTA est, dans la grande majorité des cas, méconnue par le patient, seule une stratégie de dépistage permet de l'identifier.

Sokhna Coumba Ndiaye

Étudiante en 5e année de Médecine

39 vues

Copyright@corpusmédical2020

Cité keur Gorgui Dakar en face Samu Assistance

telephone : +221 77 179 02 59 / +221 78 526 33 46

lecorpusmedical@gmail.com