La spasmophilie : Maladie réelle ou mot des maux psychiques

LA SPASMOPHILIE C’EST QUOI ?

Bien qu'elle ne soit reconnue que par certains pays, la spasmophilie, maladie décrite par Corvisart, qui ne figure toujours pas dans la liste des maladies reconnus par la DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) est bien présente dans la société et est un véritable handicap pour les atteints car, par peur de déclencher ces crises, le spasmophile limite ses activités et perd confiance en lui. Le nom spasmophilie décrit en quelque sorte la maladie ; car on a les muscles qui se spasment et les doigts qui se rétractent vers la paume de la main ; on dit qu’on a les mains en « main d’accoucheur » (signe spécifique de la spasmophilie).

La spasmophilie est une maladie fonctionnelle car il ne présente aucune lésion anatomique ou découlant d’une maladie répertoriée, visible sur les méthodes d’analyse disponibles. Classée souvent dans les troubles anxieux (attaque de panique par exemple), la spasmophilie, dans la majorité des cas, est un ensemble de troubles psychosomatiques liés à une anxiété généralisée.

QUELLES SONT LES CAUSES ?

Les médecins restent toujours partagés sur l’origine de cette maladie qui reflète souvent un état de stress presque permanent dû à des problèmes personnels ou à l'entourage. De ce point de vue un peu de stress causant un dépassement du seuil de tolérance au stress peut vous faire basculer. Donc ceci s’exprime à travers le corps. Comme le dit l’adage « Tout ce qu’on ne peut pas dire on l’exprime » C’est pourquoi cette maladie est qualifié de psychosomatique par certains. Cependant une deuxième cause dont on parle le moins c’est un métabolisme défaillant : le magnésium réduit l’hypersensibilité caractéristique du terrain du spasmophile car il réduit l’hyperexcitabilité des neurones. Pour autant il ne guérit pas la spasmophilie car il existe une hypersensibilité latente chez le spasmophile et cette hypersensibilité est majorée par ce métabolisme défaillant. Comme on le sait, notre corps est une jonction d’un ensemble de systèmes ; si un est défaillant tout devient défaillant donc le spasmophile doit surveiller son alimentation et veiller à ne pas avoir de carence.

Les signes récurrents qui définissent la spasmophilie sont donc les spasmes, les fameux mains d’accoucheur, une hyperventilation qui cause un cercle vicieux car les centres respiratoires vont appuyer d’avantage la respiration ; ceci du à l’émission excessive de CO2 causant un déséquilibre métabolique car l’équilibre CO2-Oxygène n’est pas respecté. Cela entraine un trouble de l’utilisation du calcium par les cellules musculaires causant ces spasmes et une tétanisation des muscles et là on assiste à une crise qui ne cède pas facilement .

QUE FAIRE ?

On entend souvent parler du fameux coup du « sac plastique » qui consiste à faire respirer le patient dans un sac en plastique devant le nez ou la bouche pendant quelques secondes, juste quelques mouvements respiratoires (ON LE LUI METS PAS SUR LA TETE); ce qui permet de réinspirer le CO2 perdu à cause de l’hyperventilation donc rééquilibrer un peu la balance

O2 ; CO2 pour essayer de briser ce cercle vicieux. Néanmoins, cette méthode n’est plus transmise au cours de secourisme à cause des nombreux accidents enregistrés car les gens ne comprenaient pas qu’il faut juste quelque secondes sinon la personne ne va respirer que du CO2 et risque de suffoquer.Donc il est important de la mettre au calme car c’est en quelque sorte une crise de panique ; il faut dès lors faire disparaitre tout facteur de stress.

En outre, il faut faire la différence entre une crise d’épilepsie et une crise de spasmophilie car si on a jamais vu de crise de spasmophilie ont peut les confondre. La différence c’est que pour les crises d’épilepsie on tombe, on fait de grands mouvements, le corps se raidit alors que le spasmophile a toujours un contact sensoriel, il parle il exprime ses douleurs vous dit j’ai chaud, j’étouffe ce qui n'est pas le cas pour la crise d’épilepsie. Dans la majorité des cas le facteur déclenchant est psychologique mais dans d’autres cas les troubles de spasme sont causés par des facteurs sanguins comme l’hypocalcémie ou l'hypomagnésémie. Donc il faut toujours voir par des analyses sanguines s’il n'y a pas en réalité dee vrais troubles métaboliques.

Il est important de venir en aide aux spasmophiles parce qu'ils ont souvent tendance à se renfermer sur eux même car souvent mal compris par leur entourage ce qui ne fait qu’accentué leur mal être. Ils peuvent aussi parler à des psychologues pour découvrir l’origine profonde de leur mal qui est souvent refoulée par l’inconscient du concerné ceci étant souvent d’ordre psycologique.


99 vues

Copyright@corpusmédical2020

Cité keur Gorgui Dakar en face Samu Assistance

telephone : +221 77 179 02 59 / +221 78 526 33 46

lecorpusmedical@gmail.com